Conseils & infos

Conseils & infos


LES BONNES RAISONS DE CHOISIR L’IMMOBILIER D’INVESTISSEMENT

Quel que soit l’issu de l’arbitrage des décisions de l’investisseur, ce dernier bénéficiera comme nous tous du besoin structurel en logement qui conduit les pouvoirs publics à encourager les logements neufs par une fiscalité avantageuse.
On estime le déficit en la matière à 500 000 logements avec 3,5 millions de français mal ou même non logés. Cela est dû à l’allongement de la durée de vie et à un taux de natalité qui reste élevé. Les phénomènes de société comme le divorce ou le solde migratoire positif entrent également en ligne de compte.
Citons les exemples qui découlent de ce constat :
• Les logements étudiants avec 1 300 000 étudiants qui réalisent leurs études en dehors du domicile familial.
• La prise en charge des personnes dépendantes avec un besoin de 580 000 lits à l’horizon 2040.
Les besoins sont trop importants pour que les pouvoirs publics fassent l’économie d’une fiscalité avantageuse et incitative.
Rappelons également que l’activité liée à la construction de logements neufs est un moteur de l’économie française qu’elle contribue à dynamiser.
C’est parce que la construction neuve répond à des besoins réels et durables qu’elle devient une stratégie patrimoniale sûre et rentable.
Les avantages de l’investissement dans l’immobilier neuf apparaissent concrets et tangibles mais il faut garder à l’esprit que c’est en prenant en compte les qualités intrinsèques du bien et son prix avant tout que l’on pourra optimiser sa stratégie patrimoniale afin d’en faire un bouclier contre l’inflation, de profiter de la fiscalité avantageuse et de répondre aux besoins sociétaux majeurs.
Pour conclure, notons qu’il existe trois façons de définir son budget d’investissement :
• L’approche différentielle qui prend en compte et défini l’effort d’épargne :
Total des recettes (loyers et réductions d’impôt)
– Total des charges (crédit, assurances, taxe foncière, copro., entretien, gestion…)
= Effort d’épargne.
• L’approche par le crédit qui se base sur la capacité à emprunter des fonds à une banque et se distingue par la possibilité de moduler la durée de l’emprunt pour envisager des enveloppes plus ou moins conséquentes.
• L’approche fiscale qui entend jouer la carte des dispositifs incitatifs mis en place par les pouvoirs publics.

C’est en vous apportant une analyse de qualité de tous les éléments évoqués dans cet article que LK PATRIMOINE se démarque et vous apporte sécurité et rentabilité dans vos investissements.
Alors n’hésitez plus, contactez-nous !
L’immobilier profite d’un contexte économique favorable
L’épargne immobilière jouit paradoxalement des questionnements sur la dette souveraine, des remous monétaires, de la faiblesse des institutions financières et de l’inflation. Cela lui donne plusieurs avantages par rapport à d’autres types de placements, que l’on peut lister ainsi :
• Un actif sécurisé mais à fort rendement
• Un bouclier face aux différents chocs systémiques, comme l’or
• Un financement à crédit optimisé par des taux extrêmement bas
• Une fiscalité très avantageuse

LES BONNES RAISONS DE FAIRE UN ACHAT DANS L’IMMOBILIER NEUF

Pour habiter ou investir, pourquoi acheter dans le neuf ? Quels sont les avantages de l’immobilier neuf par rapport à l’immobilier ancien ? Quelles sont les garanties et les assurances en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) ?
1. L’immobilier neuf, ce sont des aides fiscales à l’achat !
Un achat immobilier neuf, va permettre l’obtention d’un prêt à taux zéro +, sous réserve de plafond de ressources, et ainsi faciliter l’accession sociale.
2. L’immobilier neuf, c’est se constituer un patrimoine !
Grâce aux avantages de la loi Pinel il est possible de se constituer un patrimoine à partir de 50 € par mois et pour moins de 300 € par mois.
3. L’immobilier neuf, c’est pouvoir personnaliser son logement !
Avec l’achat en sur plan (vente en état futur d’achèvement – VEFA) vous pouvez personnaliser votre logement en choisissant le parquet, l’aménagement des pièces, de faire tomber une cloison…Beaucoup de modifications sont possibles.
4. L’immobilier neuf, c’est la qualité de vie !
Matériaux modernes, techniquement éprouvés, plans fonctionnels, surfaces optimisées…dans le neuf.
5. L’immobilier neuf, c’est économique !
L’isolation thermique d’une habitation neuve (garantie par le label BBC Effinergie ou RT 2012) permet une meilleure maîtrise de vos dépenses d’énergie.
6. L’immobilier neuf, c’est l’intimité !
Les constructions neuves sont aux normes d’isolation phonique.
7. L’immobilier neuf, c’est la sécurité !
Votre maison ou votre appartement neuf est équipé d’une serrure multipoints, d’un interphone, d’un vidéophone, d’une alarme ou encore d’une protection vol ou incendie.
8. L’immobilier neuf, c’est une bonne affaire !
En achetant du neuf, vous faites des économies sur les frais de notaire, les charges et sur les travaux.
9. L’immobilier neuf, c’est pratique !
Vous pouvez acheter votre appartement neuf avec un garage ou un parking. Votre maison en village vous offre convivialité et qualité d’environnement.
10. L’immobilier neuf, c’est rentable !
Vous pouvez bénéficier de mesures fiscales importantes et percevoir des revenus non fiscalisés.
11. L’immobilier neuf, c’est la garantie décennale !

Les habitations neuves bénéficient de la garantie décennale, ce qui assure la pérennité de votre investissement.

CONSEILS DANS L’IMMOBILIER NEUF

Pour comprendre l’investissement immobilier, il est crucial de définir précisément les avantages clients dont on peut bénéficier. Cela permet à l’investisseur de se tourner vers le bien qui répond le plus efficacement à ses besoins.
En premier lieu, il s’agit de prendre conscience que l’avantage fiscal ne saurait être le seul moteur d’un investissement réussi.
L’investissement immobilier ne se limite pas à une fiscalité avantageuse. C’est certes une belle incitation mais qui ne doit pas devenir la seule.
Il est également impératif de prendre en compte la capacité d’épargne de l’investisseur, même si le bonus fiscal est important.
Le bien choisi doit présenter des atouts autres que la défiscalisation.
Et ces atouts sont non négligeables :
• Création d’un patrimoine, pour revendre au bon moment et se créer un capital.
• Possibilité de transmettre le patrimoine à ses descendants.
• Création d’un revenu complémentaire, notamment pour préparer sa retraite ou la compléter.
L’Equilibre des avantages clients
Il s’agit de trouver un équilibre qui prenne en compte les motivations de l’investisseur et les contraintes de sa situation financière. En effet, le type de bien choisi dépend des objectifs de l’investisseur.
Par exemple, si l’investisseur souhaite avant tout se constituer un patrimoine, on prendra en compte les paramètres suivants :
• Investissement financier conséquent
• Faible loyer au m2 comparé à celui en vigueur pour une surface moindre
• Forte valeur patrimoniale
• Possibilité d’un usage personnel futur ; dans ce cas, le bien à privilégier sera une maison.
Autre exemple, l’investisseur souhaite avant tout bénéficier d’un revenu complémentaire, on tient donc compte de paramètres différents :
• Investissement financier moindre.
• Fort loyer au m2 comparé à celui en vigueur pour une surface plus vaste.
• Moins d’espace
• Plus forte rentabilité ; dans ce cas, le bien à privilégier sera un studio.
Si l’avantage fiscal reste une motivation conséquente, investir dans l’immobilier ne se limite pas à cela. Selon les avantages clients recherchés, on distingue deux motivations phares :
• Se créer un patrimoine
• Se constituer un revenu complémentaire

Il est donc conseillé de s’adresser à des spécialistes comme nous pour définir le bien qui conviendra aux objectifs de l’investisseur.
Rappelons avant tout que seul l’investissement immobilier permet de se constituer un capital par le biais d’un emprunt. C’est le choix de la performance et de la sécurité.
Emprunter pour se constituer un capital sereinement
C’est le point fort de l’investissement immobilier. Il s’agit de se créer un capital par le biais d’un crédit. Cela permet à l’investisseur de n’engager que peu de fonds propres. C’est la capacité d’endettement qui est mobilisée.
Seul l’immobilier permet d’utiliser un crédit pour se créer un patrimoine. La performance et la sécurité de cet actif en font un bouclier contre l’inflation. Le contexte économique, financier et fiscal vient optimiser ce support. Il peut être délicat de choisir entre immobilier nu et immobilier géré.
L’immobilier nu concerne les biens classiques, maisons et appartements.
L’immobilier géré concerne les résidences médicalisées, étudiantes, de tourisme, senior et d’affaires.
Tous les investisseurs connaissent une évolution de leur patrimoine au fil des années. Adopter le point de vue patrimonial, c’est établir une grille d’évaluation qui permette de comprendre comment optimiser la recherche d’un rendement attractif et valorisé dans le temps.

QUESTIONS

Faut-il toujours investir dans l’immobilier, malgré les dernières réformes fiscales ?
Les règles changent en permanence et il faut s’adapter, afin de coller aux préoccupations des épargnants. La pression fiscale va continuer d’augmenter, mais la réduction d’impôts ne doit pas être la seule motivation pour s’intéresser à l’immobilier car l’immobilier est d’abord un formidable outil de développement de patrimoine, de constitution de revenus complémentaires et de mobilisation de l’épargne
Dans ces conditions, quelles questions faut-il se poser avant d’investir ?
La priorité est d’abord de bien définir vos objectifs, car il n’y a pas, en immobilier, de formule adaptée à tous les profils. Il n’y a que du cas par cas et un bon investissement immobilier est un investissement fait sur mesure. Et pour cela, il faut prendre en compte un maximum de critères : votre situation personnelle et professionnelle, vos revenus, votre âge de départ à la retraite, votre capacité de financement et votre sensibilité. Ce sont tous ces éléments qui permettront de s’orienter et de mettre en place une stratégie d’investissement personnalisée et pérenne.
Comment peut-on investir à moindre coût ?
Le contexte économique et fiscal est aujourd’hui particulièrement instable et difficile de dire comment demain seront taxés les salaires, les revenus fonciers ou les dividendes. Dans ces conditions, il vaut mieux ne pas se focaliser sur les réductions d’impôts, mais essayer, plutôt de construire un patrimoine et des revenus solides. Et il existe encore des investissements immobiliers peu ou pas fiscalisés et qui permettent un rendement net, réel et durable et significatif.
Quelles sont les solutions encore épargnées par l’impôt ?
L’investissement en démembrement de propriété est une bonne piste, par exemple. Pendant la cession temporaire de l’usufruit, il n’y a pas de loyers donc pas d’impôts sur le revenu, pas de prélèvements sociaux, pas de taxe foncière, pas de charges de copropriété et pas non plus d’ISF.
Vous avez aussi l’investissement en meublé (professionnel ou non), avec l’option “amortissements”. Même avec un financement en cash, on évite tout ou partie de l’impôt sur les loyers versés et les opérations sont très souvent faiblement chargées
Et la loi Pinel, quel est son intérêt ?
La loi Pinel possède un formidable pouvoir défiscalisant… mais il varie beaucoup en fonction de votre tranche d’imposition et de l’évolution de votre revenu et de votre quotient coefficient familial. Il faut donc bien calculer les choses Tout dépend donc, de chaque profil.
En conclusion
L’important est de se faire bien conseiller par un professionnel et n’oublions pas que l’on parle d’immobilier, quelle que soit la formule ou le dispositif choisi, il doit être associé à une vraie solution immobilière.

PRÉPARER SA RETRAITE TOUT AU LONG DE SA VIE

A tout âge il est important de penser à préparer sa retraite, de se constituer un complément de revenu et de protéger ses proches. L’immobilier neuf locatif répond à ces préoccupations.
Comment l’investissement locatif peut préparer la retraite ?
Comment mon investissement locatif d’aujourd’hui peut préparer ma retraite de demain ?
Tout d’abord, il faut vous poser la bonne question, suis-je à la recherche d’une capitalisation ou de revenus complémentaires pour la retraite ? Et à partir de là, il faut définir le montant que vous pouvez y consacrer. Il peut avoir plusieurs formes : une épargne régulière mensuelle ou bien un apport personnel de départ totalement ou partiellement consacré au financement du projet.
Très bien, nous avons donc un objectif, des moyens. Y a-t-il encore un ingrédient nécessaire à la construction d’un projet d’investissement ?
Et oui, vous savez désormais pourquoi mener ce projet, combien vous allez y consacrer tous les mois ou tous les ans. Il ne vous reste plus qu’à déterminer la durée. Là, la base de travail consiste à se caler sur la date de votre départ à la retraite. En tenant compte bien sûr de l’évolution des charges du foyer comme les études des enfants, les impôts, ou vos remboursements de crédits…
Je connais maintenant mon but, mes capacités de financement, la durée des efforts à fournir. Qu’est-ce que je dois savoir de plus ?
Maintenant, il est temps de regarder de près les différentes formes d’investissement possible : Il y a 4 grandes familles de solutions immobilières :
1. D’abord, l’immobilier d’habitation : il s’agit d’un appartement ou d’une maison qui sera la résidence principale du locataire. Le marché locatif est aléatoire et fortement dépendant de l’offre et de la demande, de la situation, de l’accès aux bassins d’emplois, aux commodités, des loyers, du type de biens… La location de biens immobiliers au titre de la résidence principale du locataire permet depuis bientôt 30 ans de bénéficier d’incitants fiscaux (comme la loi Duflot) et donc de transformer de l’impôt en patrimoine.
2. Ensuite, l’immobilier géré : il s’agit d’un bien immobilier détenu en pleine propriété, appartement ou maison, situé dans une résidence avec services comme les EHPAD pour personnes âgées. Il y a aussi d’autres types de résidences pour des touristes, des étudiants ou des hommes d’affaires, par exemple. Le bien est alors confié par un bail commercial à un exploitant professionnel. L’investisseur devient Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), il peut récupérer la TVA sur son investissement et se constituer des revenus pas ou peu fiscalisés.
3. Il y a aussi l’immobilier papier ou SCPI : les Sociétés Civiles de Placements Immobiliers. Il s’agit d’acquérir des parts de SCPI à des tickets d’entrée très accessibles. Elles sont soit “de rendement” et offrent un loyer très intéressant soit, de défiscalisation, elles sont alors associées au dispositif en vigueur au moment de leur souscription.
4. Et enfin, l’immobilier professionnel : il s’agit de bureaux, de locaux commerciaux ou industriels qui peuvent proposer des loyers élevés.

Il faut cependant intégrer que la vacance locative peut être longue et très lourde dans votre trésorerie.
Et maintenant, comment je fais pour choisir ?
Pour comparer ces différentes familles, il faut éviter à tout prix de faire des généralités. Votre situation fiscale et patrimoniale est particulière. Il va donc falloir construire une solution qui vous correspond personnellement, tout en respectant certaines étapes incontournables pour mener votre projet d’investissement pour la retraite en toute sérénité !

AIDE FISCAL SANS COUT SUPPLEMENTAIRE

Vous souhaitez investir dans l’immobilier locatif grâce à un dispositif fiscal (Pinel, Malraux, Censi-Bouvard…) mais vous connaissez peu ou pas du tout la fiscalité :
• Quel est le taux de réduction d’impôt selon le dispositif fiscal choisi ?
• Peut-on bénéficier de plusieurs réductions d’impôt en fonction des investissements déjà réalisés ?
• Comment alors respecter le plafond des niches fiscales ?
• Comment ces plafonds sont-ils encore possibles ?
• A quelles normes doit répondre le bien immobilier ?
• Les plafonds de loyers ont-ils été respectés ?
• Est-ce que le locataire doit répondre à des conditions de ressources ?
• Et si une cuisine équipée a été installée, doit-on l’intégrer dans le prix de revient ou la déduire en “charges” ?
• Peut-on passer en charge la taxe foncière ?
• Quels autres frais puis-je déduire des impôts fonciers ?
• A quel moment dois-je déclarer mon investissement en loi Pinel ?
• Pour quelle raison devrais-je remplir un formulaire de déclaration 2044 Spéciale ?
• A quoi correspond le formulaire de déclaration 2042C ?
• Le formulaire 2041 EB est-il bien obligatoire dans mon cas ?
• Quand pourrais-je réellement bénéficier de ma réduction d’impôt Pinel pour mon investissement réalisé ?

Autant de questions difficiles à résoudre pour les néophytes et qui peuvent être lourdes de conséquences en cas d’erreur !
Vous l’aurez compris, la perception de ces différents avantages fiscaux et ceux relatifs au dispositif Pinel est étroitement liée au respect du formalisme des déclarations d’impôts et autres documents légaux. De plus, les différentes Lois de Finances successives ont modifié progressivement tous ces dispositifs. Il existe désormais de nombreuses situations : par exemple, un investissement Scellier réalisé en 2011 n’obéit pas aux mêmes conditions et ne se déclare pas de la même façon qu’un investissement Scellier réalisé en 2012.
En passant par LK patrimoine, non seulement, vous aurez accès au prix promoteur mais l’information, le suivi, le conseil, l’aide à la déclaration d’impôt… est totalement gratuit !